“Massacre de la Saint-Valentin sur les marchés boursiers en raison des craintes liées à la Russie”.

Les évaluations des experts laissent des titres très intéressants et curieux en ce lundi fatidique. Neil Wilson, directeur de l’analyse chez Markets.com, profite du fait que c’est aujourd’hui la Saint-Valentin pour titrer «Massacre de la Saint -Valentin sur les marchés boursiers en raison des craintes concernant la Russie ». Les principaux indices du Vieux Continent ont chuté de plus de 2%. tandis que Wall Street chute mod érémentLa crainte d’une attaque imminente de la Russie contre l’Ukraine est à l’origine de cette situation, alimentée par les dernières déclarations américaines.

Le chancelier allemand Olaf Scholz se rend à Kiev et à Moscou pour tenter d’éviter la guerre.qui, selon les États-Unis, pourrait commencer dans les prochains jours. Le marché boursier italien a été l’un des moins performants, avec des baisses de près de 2%. Les banques et les actions du secteur du tourisme ont le plus chuté.

«Les banques sont touchées, car elles ne sont pas seulement exposées à la Russie par le biais des prêts en cours (…).Société Générale, UniCredit,…), mais on craint également que la Russie puisse être exclu du réseau de paiement Swift«, explique Wilson.

«Les actions de BP sont en baisse de 4% car les prix du pétrole sont très volatils-.ont atteint leur plus haut niveau depuis 7 ans– En raison de sa participation dans la société russe Rosneft. Cependant, Les actions du secteur des voyages sont les plus touchées.comme Chute de IAG et TUI et Wizz Air sont en forte baisse; je suppose que une guerre en Europe dissuaderait un peu les gens de partir en vacances, mais aussi la perturbation de l’espace aérien«, poursuit l’analyste.

En ce qui concerne les valeurs refuges, le directeur de l’analyse de Markets.com note que l’or est un peu plus faible après avoir fortement augment é vendredi, toujours au-dessus de 1 850 dollars. à 42 200 $… .. La Russie est la troisième puissance mondiale en matière d’extraction de crypto-monnaies.«, ajoute Wilson.

Cet expert se demande si l’Occident est assez fort pour tenir tête à Poutine. et reconnaît que la «désastreuse débâcle afghane» de Joe Biden a enhardi la Russie à agir. Pour sa part, il donne l’impression que Biden veut faire amende honorable pour son «manque de performance» en Afghanistan et en Afghanistan. Des messages alarmants sur la Russie et l’Ukraine proviennent constamment des États-Unis. qui, d’une certaine manière, «alimentent» le conflit. L’Europe, pour sa part, a adopté une position plus conciliante, personnalisée par Emmanuel Macron, même si elle semble avoir peu à dire tant que les États-Unis sont aux commandes de la situation.

L’AUTRE

L’autre pro blème qui en traîne la chute des marchés boursiers est le suivant. ce que la Fed pourrait faire avec les prixL’inflation du mois de janvier a atteint son plus haut niveau depuis 40 ans, ce qui, ajouté à l’augmentation des prix de l’énergie, a entraîné une hausse des prix de l’énergie. Les déclarations «incendiaires» du président de la Fed de Saint-Louis, James Bullard.la semaine der nière, appelant déjà à une hausse des taux de 50 points de base en mars, a mis les investisseurs en émoi.

Les actions de Wall Street ont terminé la semaine en forte baisse. dans ce contexte général de hausse de l’inflation, des rendements obligataires et des risques géopolitiques. Le Nasdaq Composite a chuté de 2,78% et le S & P 500 de 1,9% à 4 419 points. Le Dow Jones a perdu plus de 500 points, soit 1,43%. Sur la semaine, le Nasdaq et le S & P 500 ont baissé d’environ 2%, tandis que le Dow a reculé de 1%.

A Neil Wilson, Ce qui inquiète vraiment les investisseurs, ce n’est pas l’Ukraine, mais la Réserve fédérale. et le «Une incertitude totale quant aux mesures politiques qu’elle pourrait prendre dans les semaines et les mois à venir»...

Cette semaine, nous en saurons plus sur la Fed avec le compte rendu de la der nière réunion du FOMC, ainsi que sur les interventions de plusieurs orateurs de la banque centrale américaine.